Y a-t-il vraiment de la vérité sur les réseaux sociaux ou est-ce juste un tas de mensonges ? Découvrez ici comment faire la différence entre les vraies informations et les fake news.

De pauvres chiens dans des abris qui sont sur le point d’être fermés à la Statue de la Liberté en plein tsunami – vous avez probablement vu cette nouvelle ou d’autres similaires sur les réseaux sociaux et en avez été choqué ou impressionné. Vous avez peut-être même cliqué sur “J’aime”, partagé le message ou l’avez diffusé par tweet. Ces messages viraux ont en commun d’impressionner les gens à tel point qu’ils sont souvent partagés sans plus de réflexion. C’est dommage, cependant, car dans la plupart des cas, il s’agit de messages périmés (le refuge a été fermé il y a des années) ou de faux incidents (la Statue de la Liberté est toujours debout). Des textes convaincants et des images éditées par Photoshop peuvent rendre difficile la distinction entre la vérité et le mensonge ; aujourd’hui, cela nécessite une compétence journalistique – à savoir, la vérification des faits.

Sources d’information fiables

Un journaliste moderne doit travailler si rapidement que quelques inexactitudes sont inévitables. C’est pourquoi même les grands portails d’information comme la BBC ou CNN publient de temps en temps de fausses informations. Mais ils corrigent ces erreurs dès qu’ils reçoivent de nouvelles informations. C’est la principale différence avec les sites plus petits et les blogs personnels, car les auteurs de ces blogs ne publient généralement pas de corrections. La règle de base est donc que les grandes agences de presse réputées sont plus fiables, que les sites web plus petits et spécialisés ne méritent pas autant de confiance, et que les blogs et les réseaux sociaux doivent être traités avec un certain scepticisme. Cependant, les blogs et les réseaux sociaux, en particulier, ne suscitent guère de méfiance, car nous avons tendance à croire nos amis. Si vous lisez une information dans laquelle les faits sont présentés de manière très émotionnelle, peut-être avec une certaine exagération et sans aucune référence ou preuve, vous devez vérifier soigneusement tous les faits présentés. Les informations peuvent être obsolètes (surtout s’il s’agit d’un appel à l’aide ou aux dons, etc.) ou complètement fausses. Il suffit de quelques minutes pour vérifier les faits par vous-même.

En outre, vous devez savoir que les cybercriminels utilisent très activement ces faux messages pour attirer des victimes peu méfiantes vers des sites web préjudiciables. Pour ce faire, ils utilisent généralement des informations d’actualité importantes telles que celles relatives à la situation de la Covid  19 dans le monde par exemple. Une information qui pourrait vous intéresser surtout en cette période de pandémie. Donc, avant de cliquer sur un lien pour en savoir plus sur un message, vérifiez d’où vient le message et sécurisez votre ordinateur.

Comment vérifier un message ou une entrée de blog suspects ?

Utilisez Google

Bon nombre de moteur de recherche sont mis à la disposition des internautes, dont entre autres Googe, pour pouvoir vérifier si l’information sur internet est fiable ou pas. Ce n’est peut-être pas encore la méthode la plus fiable, mais elle donne des résultats rapides. Il vous suffit d’ouvrir Google (ou Bing ou tout autre moteur de recherche), de saisir les principaux détails du message suspect et d’afficher les résultats. Le moyen le plus fastidieux et le plus fiable est d’analyser le texte de ces résultats de recherche – vérifier qui les a écrits et comparer le contenu. Mais la plupart des gens n’ont pas le temps pour cela. Vous pouvez donc simplement vérifier sur quelles pages le message apparaît au lieu de vérifier ce qui y est réellement écrit. Si aucun site sérieux et fiable (grands sites d’information qui n’appartiennent pas à la presse arc-en-ciel, sites officiels du gouvernement, sites officiels d’entreprises, etc.) n’apparaît parmi les premiers résultats de la recherche, et que vous ne pouvez voir que les discussions sur les réseaux sociaux, tout cela n’est qu’un canular. C’est donc une info intox. 

Un exemple récent avec une histoire louche qui est apparue récemment sur le site “Vatican Crimes”. Le tout était assez effrayant pour mettre en garde les lecteurs attentifs:

Si vous copiez le titre et que vous le recherchez dans Google, la première chose que vous trouverez est l’article en question. Les autres résultats de recherche ne sont que des discussions de forum de lecteurs choqués. Pour être sûr, cliquez sur l’élément de menu “News” pour voir lesquelles de ces pages sont classées comme des nouvelles par Google. Le résultat est clair : pas une seule correspondance. Nous pouvons donc pousser un soupir de soulagement – un péché de moins de l’église officielle.

Recherche de la source

Les journalistes utilisent également une méthode plus compliquée pour vérifier les faits : Ils recherchent la source originale de l’information. Les sites officiels du gouvernement sont les premiers à être consultés lorsqu’il s’agit de nouvelles juridiques ou gouvernementales.  En effet, pour confirmer la fiabilité d’une information internet, les sources d’information doivent être mentionnées soit dans l’article soit quelque part sur internet.  Grace à son esprit critique ainsi que à son esprit d’analyse, un journaliste moderne vérifie le site internet source de l’information. Si les nouvelles concernent un produit ou un service, vous devez consulter le site officiel de l’entreprise en question (vous pouvez ajouter “site officiel” à votre recherche Google). S’il n’y a rien ici, un journaliste professionnel appellerait le bureau de presse de l’entreprise pour confirmation. Les utilisateurs normaux des réseaux sociaux peuvent revenir à la recherche d’informations sur Google et effectuer une recherche par nom de produit – peut-être qu’un journaliste a déjà fait des recherches. 

La pratique, lorsqu’on effectue une recherche avec Google News, est également de trier les résultats par date. Cela vous permet de voir les sources les plus récentes de l’information en question et de décider de sa fiabilité.

Fausses citations

Un phénomène en ligne généralement relativement inoffensif mais très répandu sont les fausses citations attribuées à des personnes célèbres. Malheureusement, la recherche directe de la citation n’aide pas car vous ne trouverez que d’innombrables copies de la fausse citation, mais aucune information sur l’identité de l’auteur réel. Vous devez plutôt rechercher les citations de la personne correspondante. Vérifier une telle info intox est souvent difficile car les personnalités célèbres à qui ces allégations sont attribuées disposent d’une protection de données personnelles sur internet et les réseaux sociaux et ne sont pas souvent accessibles à tous publics. C’est la raison pour laquelle les célébrités sont souvent victimes d’une théorie de complot qui nuirait à leur réputation. Tout simplement parce que les diffuseurs de fausses citations savent très bien que la vérification de la véracité d’une telle ou telle citation n’est pas à la portée de tous les internautes. Toutefois, il existe au moins un site internet qui essayait de vérifier et comparer l’info intox de la vraie information internet tel que le hoaxbuster qui publie quotidiennement des articles sur internet afin de discerner le vrai du faux. C’est dernier temps, les informations sur la situation du coronavirus constituent les principales victimes de fausses informations. Certains affirment même que le laboratoire wuhan a été victime d’une théorie de complot selon laquelle ce laboratoire serait la source du coronavirus. C’est justement pour cela que le CNIL ou la commission Nationale Informatique et des Libertés a été créée afin de protéger les consommateurs et les utilisateurs d’internet contre le piratage et l’exploitation de leurs données personnelles.

Faites des photos

Il est beaucoup plus difficile de confirmer l’authenticité des photos que celle des textes. Bien sûr, vous pouvez ne pas vous soucier de l’image et vous contenter de vérifier le texte qui l’accompagne, ou vous pouvez effectuer une recherche d’image. Pour les images d’actualité (telles que celles de l’ouragan Sandy), mais cette méthode peut échouer et une analyse détaillée de l’image peut être nécessaire. La recherche d’images falsifiées est essentiellement une nouvelle science médico-légale, qui est déjà très compliquée dans ses fondements. Il faut un certain entraînement pour trouver des irrégularités dans l’illumination des objets dans les images, ou de légères différences dans la coloration et la texture d’un corps. Il faut être très attentif aux reflets dans les yeux, ou aux éventuelles lignes de superposition sur les bords d’un objet. 

Par ailleurs, les vidéos sont aussi frappées par les fausses informations actuellement. En effet, grâce à la fibre optique, le débit de la connexion internet d’aujourd’hui permet à tout utilisateur de télécharger facilement et rapidement des vidéos. Cela est possible même avec internet mobile. Et justement, profitant de cette avancée technologique, les auteurs de fake news n’hésitent pas non plus de polluer le monde de la vidéo sur internet en diffusant des vidéos montées et en utilisant différents outils performants dont le rendu final se rapproche d’une vraie information vidéo.